Le web de l'Humanité Accueil Archives Recherche Aujourd'hui

L'Humanité quotidien

10 Novembre 1999 - POLITIQUE

Banques : les salariés veulent en découdre

Alors que les dirigeants de l'Association française des banques (AFB) ne veulent rien lâcher - ou presque - de leur projet de nouvelle convention collective, les cinq fédérations syndicales de salariés font, dans l'unité, monter la pression. Pour la première fois, un millier de délégués de toute la France et de tous les syndicats se sont retrouvés en assemblée générale et ont décidé de monter d'un ton leurs protestations.

La détermination affichée semble être à la hauteur des reculs que tente d'imposer le patronat bancaire en matière de contrats de travail, de salaires, de garanties sociales, de classification, de primes, de congés exceptionnels... Alors les salariés ont décidé d'organiser des rassemblements le 16 novembre dans neuf villes de France, prélude à une grève de vingt-quatre heures, et une manifestation nationale à Paris, le 30 novembre.

De l'avis général, ce doit être une étape, car la question de la poursuite du mouvement est posée selon l'état d'avancement des négociations. Expliquer et mobiliser ont retenti hier comme l'expression d'une forte détermination. Nul ne veut se retrouver au 31 décembre 1999 sous la seule protection du Code du travail. Le patronat brandit l'argument comme une menace pour tenter d'aboutir au ralliement à son projet. Mais l'argument est à double tranchant et il peut se retourner contre lui, notamment du fait de l'unité syndicale. La mobilisation des salariés peut emporter le morceau : c'est la conviction qui s'affichait hier. C. A.


ACCUEIL | DERNIER NUMERO | ARCHIVES | RECHERCHE

Page réalisée par Intern@tif - Mercredi 10 Novembre 1999